bébé tape comment réagir
Développement,  Education,  Eveil,  Parents,  Tous

Bébé tape : Pourquoi et comment réagir ?

Tous les enfants en bas âge passent par la violence physique à un moment ou à un autre. Cela fait partie intégrante de leur développement alors je vous rassure tout de suite, nul besoin de s’alarmer !

Bien que cela soit un stade de développement, il est nécessaire de réagir directement pour éviter que l’enfant en fasse son quotidien et que cela devienne un biais de communication. 

Avant de voir comment réagir à ses “agressions”, il est important de comprendre ce qui le mène à de tels agissements. Cela permettant à tout à chacun de se rendre compte qu’en effet, ce n’est rien de bien grave. 

Alors, pourquoi bébé tape-t-il ?

 

1- La découverte d’un super-pouvoir :

Entre l’âge de 1 et 2 ans, les enfants découvrent qu’ils ont un pouvoir sur autrui. Ils sont capables de part leurs actions de susciter des réactions chez les personnes qui les entourent et cela les fascinent. Que la réaction soit positive ou non, l’enfant ne fait pas tellement la différence car la seule chose que lui voit, c’est qu’il réussit à faire réagir les autres. Plus votre réaction à ses actes est intense, plus il est amusé et souhaite recommencer. 

 

2- La volonté d’établir un contact :

Il arrive fréquemment que l’enfant ait un comportement agressif envers les autres sans que cela soit dans une phase de colère ou de frustrations.  En réalité, il souhaite établir un contact avec autrui mais de son jeune âge ne sait pas vraiment comment faire. Alors le voilà qu’il s’élance la main levée pour venir frapper la personne dont il veut attirer l’attention.  Le soucis, c’est que ça fonctionne plutôt bien et son but est atteint. 

 

3- Ils n’ont pas conscience des conséquences :

Les enfants en bas-âge sont incapables d’anticiper. De ce fait, lorsqu’il va taper ou mordre il n’aura pas conscience que cela va faire mal ou rendre triste ou en colère la personne en face de lui. Tout ce qu’il voit, c’est son envie d’agir de la sorte (souvent pour extérioriser), et étant depuis sa naissance friand du plaisir immédiat, agir sans réfléchir aux conséquences que son acte va avoir. 

 

4- Ils réagissent à une frustration :

Vers l’âge de deux ans, l’enfant désire l’autonomie. Il souhaite faire ce qu’il veut quand il le veut mais malheureusement, nous ne pouvons pas avoir tout ce que l’on désire. Cela engendre chez lui diverses frustrations qui peuvent être extériorisées par le fait d’être violent physiquement (tape, pousse, mord…) ou par une tempête émotionnelle (crise de larmes ou de colère). 

Nous, adultes d’expérience avons apprit à gérer nos frustrations en usant de compromis et en gérant nos émotions. Nos bambins eux, sont en plein apprentissage de cela. Il est donc normal qu’ils éprouvent de la difficulté à réagir correctement aux frustrations auxquelles ils font face chaque jour. 

Le fait qu’à cet âge il n’est pas le vocabulaire nécessaire à l’expression de ses ressentis ne facilite pas les choses. Ses seuls moyens de communications sont alors les larmes, la colère ou les violences physiques.

 

5- Ils cherchent à se rassurer :

Les enfants ont besoin d’un cadre et de limites pour évoluer en se sentant en sécurité. Ils vont donc les rechercher naturellement pour se sentir en sécurité. L’enfant qui tape ne le fait jamais pour jouer ni par méchanceté, il cherche la limite à ne pas dépasser. 

Lorsqu’il vous tape, il attend de vous que vous réagissiez ce qui lui montrera que là il a trouvé la limite. Un sourire ou un rire de satisfaction pourra se faire entendre mais loin d’être du sadisme, il est simplement content d’avoir trouvé cette limite. 

NB: Sa réaction de rire ou de sourire face à votre réaction peut être également lié au point 1. Il est satisfait d’avoir le pouvoir de vous faire réagir avec ses actes.

 

Maintenant qu’il a trouvé la limite, vous vous dites naturellement qu’il devrait s’en satisfaire et ne pas réitérer. Pourtant, ce n’est pas comme cela que ça fonctionne dans sa petite tête.

Le fait de répéter cette action de taper alors que vous lui avez déjà dit non est un moyen pour lui de revivre son émotion de satisfaction/joie.  Comme lorsqu’il est prit d’un fou rire lorsque vous répétez la même action pendant cinq minutes d’affilées, l’enfant ne se lasse pas. 

Cela est aussi un moyen de se réassurer. Comme lorsqu’il vous réclame des câlins par besoin d’être rassuré de votre amour pour lui. 

 

Mais alors, comment doit-on réagir ?

 

  • Stopper son action :

Lorsque je vois l’enfant sur le point de commettre un acte de violence, je l’appelle par son prénom et lui dit “NON” d’un ton ferme puis je lui explique ce qu’il peut faire à la place. 

Exemple: “Marcel c’est NON. Tu fais des caresses” 

J’évite au maximum de crier car plus ma réaction sera forte plus l’enfant voudra la revoir et recommencera. 

 

  • Le féliciter et le valoriser quand il est tendre/bienveillant :

Lorsque l’enfant fait de lui-même des caresses, des bisous ou tout acte tendre ou de bienveillance, il est important de le valoriser. 

“C’est bien Marcel ! Tu es vraiment gentil” ou encore “Oh tu es vraiment mignon toi” en accentuant bien l’émotion positive que cela vous provoque. Car comme expliqué précédemment, plus vous réagissez à ses actes, plus il va chercher à revoir cette réaction. 

 

  • Eviter de répondre par la violence :

Sans parler du fait que la fessée soit interdite, il est important de comprendre que la violence ne résout pas les problèmes.  Réagir à la violence de son enfant en étant violent à son tour n’aura jamais le résultat escompté. En effet, vous êtes son modèle que le vouliez ou non alors si vous êtes violent, il le sera aussi car pensera que cela est tout à fait normal.

 

  • Retirer l’objet de la violence :

Si l’enfant est devenu violent suite à une dispute pour un jouet ou une activité, je retire l’objet de la discorde en expliquant calmement que ce n’est pas acceptable d’en venir aux mains. Je propose ensuite une activité individuelle pour retrouver le calme. 

 

  • Lui montrer que vous le comprenez :

L’enfant qui tape est un enfant qui a besoin d’exprimer une émotion.  Il a besoin de l’extérioriser mais ne dispose pas du vocabulaire nécessaire. Il est donc important de prendre le temps d’analyser la situation et d’essayer de comprendre ce qui l’a mené à agir ainsi. 

 

Une fois fait, je lui dis que je le comprends, qu’il ressent de la colère pour telle ou telle raison mais que taper ça fait mal et qu’il est préférable taper sur un instrument de musique par exemple (tambourin etc). 

 

NB: Quand ils sont tout-petits les enfants ne comprennent pas la négation “ne…pas”. Voici donc un article qui vous aidera à mieux vous faire comprendre par votre enfant et qui vous permettra d’être plus écouté par celui-ci :

Auteure du blog hello-bebe.fr Je réponds à vos questions en 24h

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *