bébé ne veut pas prêter ses jouets
Développement,  Etudes Scientifiques,  Intelligence émotionelle,  Tous

Pourquoi bébé ne veut-il pas prêter ses jouets ? Comment réagir ?

Nous avons tous déjà été confronté à cette problématique : Bébé ne veut pas prêter ses jouets et ce, même quand il ne les utilise pas. Pourtant, il n’a aucun problème à se saisir de celui des autres quitte à leur arracher des mains.

Mais comment cela se fait-il ? Que se passe-t-il dans leur petite tête ?

 

  • Le cortex orbito frontal :

Leur cortex orbito-frontal ne devient mature que vers l’âge de 5 ans. Celui-ci permet la régulation des émotions, le développement de la pensée empathique ainsi que la capacité à prendre des décisions.  Avant cet âge, les tout-petits sont donc incapables de faire ces trois choses. 

L’empathie n’étant pas encore possible chez lui, ce n’est pas par méchanceté qu’il ne prête pas. Mais bien parce que la capacité de se dire que c’est une bonne chose est absente. 

 

  • Le centre du monde :

Depuis sa naissance, l’enfant est le centre du monde. Tout se fait en fonction de lui et il a pour habitude de voir assouvir ses besoins et envies de manière adéquate et rapide. Arrivée en collectivité ou au parc par exemple, il se rend compte qu’en réalité, tout le monde a des émotions, des besoins et des envies. Pour autant, il n’est pas encore apte à le comprendre. 

Par conséquent, lorsqu’un enfant va vouloir lui prendre un jouet, il ne va pas avoir la capacité de se mettre à sa place et va simplement comprendre que celui-ci lui enlève son jouet.

 

  • La curiosité :

Lorsqu’un enfant veut prendre le jouet d’un autre, c’est parce qu’il veut faire comme lui par mimétisme. Lorsque le jouet était au sol il ne l’intéressait pas mais de le voir en action lui donne envie de l’avoir car c’est un peu comme si le jouet prenait vie. Sa curiosité est titillée, il veut jouer avec ! 

 

  • “A moi !” :

Lorsque l’enfant est en bas âge, il croit que tout lui appartient. Vers deux ans, ce sentiment de propriété s’accentue et il devient compliqué pour lui de partager ses jouets. Lorsqu’il joue avec son ballon par exemple, il a une idée bien en tête de ce qu’il veut faire avec. Tant qu’il n’a pas fini son action avec ce ballon, l’intérêt qu’il lui porte est si fort qu’il ne peut le prêter à qui que ce soit. Il a besoin de la terminer pour que le ballon perde de son intérêt et qu’il passe à un autre jouet et accepte de le prêter. 

 

  • Le plaisir immédiat :

Ce n’est que vers l’âge de 3/4 ans que l’enfant devient apte à différer ses actions si il a la certitude de pouvoir les accomplir après. Avant cela, lorsque vous dites à votre petit “tu lui prêtes ton jouet ? Tu l’auras après” il est impossible pour lui de réellement accepter car il n’est pas en capacité d’élaborer des projets futurs dans sa petite tête. Il est trop jeune et lui ce qu’il recherche c’est le plaisir immédiat. Il ressentira donc une grosse frustration si il ne peut aller au bout de son idée et la situation pourra tourner au vinaigre.

 

Ce qu’il faut éviter de faire :

 

  • Il ne faut jamais forcer un enfant à prêter son jouet sous peine de créer en lui de la frustration et des conflits. En effet, il n’est pas encore prêt que ce soit au niveau de la maturation de son cerveau ou de sa vision du monde et des choses. Comme j’aime à le répéter, l’enfant a certes grandi pendant neuf mois dans le ventre de sa Maman, mais il lui reste encore des années de maturation avant de pouvoir devenir un adulte. 

 

  • Il faut éviter de gronder un enfant lorsqu’il ne veut pas prêter ses jouets. En effet, ne pouvant avoir la même vision du monde que la nôtre, il ne comprendrait pas et cela pourrait avoir pour conséquence d’envenimer la situation. Faire preuve de bienveillance et d’empathie, c’est réaliser que ses capacités ne sont pas encore assez développées et qu’il a besoin au contraire que nous l’aidions à comprendre la notion de partage. 

 

Nous ne pouvons attendre des enfants qu’ils se comportent comme nous le faisons pour la bonne et simple raison qu’ils ne sont justement que des enfants et que leur expérience de vie n’est pas suffisamment riche pour que cela soit possible. La vie est un long apprentissage, il faut leur laisser le temps. 

 

Ce que je fais lorsque je suis confrontée à cette période chez l’enfant :

 

  • Je laisse l’enfant aller au bout de son projet de jeu et fais patienter l’autre en lui donnant un jouet similaire ou en attirant son attention sur un autre jeu.

 

  • Je propose à l’enfant d’échanger son jouet avec celui de l’autre enfant ainsi chacun à un nouveau jeu dans les mains et peut s’amuser avec. En fonction de leur âge, si l’un ou l’autre veut récupérer son jouet, je le laisse faire en lui disant de demander gentiment. Puis j’explique à celui a qui on a reprit le jouet que l’autre a été très gentil de lui prêter et que maintenant lui aussi peut récupérer son jouet.

 

  • Je lui donne l’exemple en prêtant des jouets aux autres enfants ou en jouant avec les autres enfants. J’initie aussi des activités à plusieurs pour montrer à l’enfant que c’est amusant de jouer tous ensemble même avec un seul jouet.

 

  • Je le félicite lorsqu’il accepte de prêter ses jouets mais s’il veut les récupérer (même dans la minute) je le laisse faire du moment qu’il demande gentiment. 

 

  • Je ne le gronde pas et ne le force pas à prêter ses jouets. J’en amène plusieurs et use de stratégie pour qu’il prête ceux qu’il n’utilise pas sur le moment, en rendant la chose amusante. Cela lui permet de se rendre compte que son jouet lui revient dès que l’enfant a fini et peut enlever cette peur que l’autre parte avec. 

 

Se mettre à la place de l’enfant et prendre en compte son âge et ses capacités est primordial lorsque nous souhaitons lui apprendre à prêter. Cela permet de comprendre qu’il n’est ni égoïste ni associable. Cette phase où il est difficile pour lui d’envisager de prêter est une étape importante dans son développement et dans son rapport avec les autres. 

L’accompagner plutôt que de le brimer l’aidera a la passé plus facilement. Il doit se sentir prêt à prêter et comme dit précédemment, il est préférable que l’enfant prête parce que ça lui fait plaisir plutôt que parce que “c’est comme ça” ou qu’il a peur des représailles (se faire gronder etc). 

Auteure du blog hello-bebe.fr Je réponds à vos questions en 24h

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *