signe avant coureur accouchement
Congé maternité,  Grossesse,  Santé,  Tous

Signe avant coureur accouchement imminent et les étapes de celui-ci

Aujourd’hui, nous allons voir les signe avant coureur d’accouchement ainsi que les étapes de celui-ci afin de mieux appréhender le jour J.

Depuis quelques années, les langues se délient et des récits d’accouchements effrayants font surface. Dans ce monde dans lequel il était coutume de faire de ce sujet un tabou et duquel on parlait comme “du plus beau jour de sa vie”, on se rend compte que ce fameux jour où l’on mettra son enfant au monde, sera peut-être un épisode traumatisant. 

Afin d’amoindrir vos peurs, vos doutes, vos angoisses et autres pensées ou émotions liés à votre futur accouchement, je lance une série d’articles sur le sujet. Car passer du tabou total aux récits cauchemardesques, ça induit forcément un sentiment négatif et de la peur en chacune de nous.

Certaines en viennent même à remettre en doute leur volonté d’avoir un bébé, à vouloir accoucher par césarienne programmée ou songe à adopter tellement l’accouchement par voie basse leur fait peur.

Dans ce premier article de la série sur l’accouchement, je me penche sur les étapes de l’accouchement de la première contraction à la naissance de bébé. En passant par les signes avant coureur de l’accouchement.

NB: Des cours de préparation à l’accouchement classique remboursés à 100% par la sécurité sociale vous sont proposés de votre quatrième mois de grossesse à votre huitième mois environ. Je vous conseille vivement d’y participer pour vous sentir prête le jour J et plus sereine. 

 

Le travail

Signe avant coureur accouchement imminent

Lorsque les premières contractions commencent, c’est l’annoncement d’un accouchement proche. Ces contractions servent à amincir et à ouvrir le col de l’utérus. 

 

Le bouchon muqueux

Avant même de ressentir les contractions du début du travail, vous pouvez avoir senti votre bébé descendre ou avoir perdu votre bouchon muqueux même deux jours avant les premières contractions. 

NB : Si vous perdez votre bouchon muqueux avant même l’apparition des contractions, ne paniquez pas, votre corps sait ce qu’il fait et il est donc inutile de vous rendre à la maternité.

 

Comment être sûr qu’il s’agit bien du début du travail ?

Les contractions ressenties lors du début du travail ne sont pas les mêmes que celles ressenties au cours des semaines précédent le jour de l’accouchement. Elles ne sont pas tant douloureuses mais se différencie du fait qu’elles sont bien plus intenses et ont tendance à irradier dans le dos. Si vous ressentez cela, il s’agit bel et bien d’un signe avant coureur d’accouchement.

Lorsqu’une contraction liée au travail se profile, la maman ressent le besoin de respirer comme elle l’aura apprit durant ses cours de préparation à l’accouchement, aura besoin de s’appuyer ou de trouver une position confortable. 

 

La perte des eaux

Lorsque la poche des eaux se percent, ne paniquez pas, cela ne requiert pas d’une urgence absolue, d’un problème lié au bébé ou quoi que ce soit d’autres mais bel et bien d’un événement naturel de l’accouchement. Mais il s’agit d’un signe avant coureur d’accouchement plus que probant !

Pour autant, lorsque la poche des eaux se rompt, il est vivement recommandé de vous rendre à la maternité car votre bébé n’est plus protégé par la poche stérile qui l’entourait jusque là et peut être victime d’une infection. 

Même si vous n’avez pas de contractions, lorsque vous perdez les eaux, rendez vous à la maternité mais inutile de vous brusquez ou de paniquez. Le liquide se renouvelle jusqu’à l’arrivée du bébé ce qui le protègera des infections en attendant l’expulsion.

Les nausées

Certaines femmes ressentent des nausées quelques jours ou heures avant le jour J. Si vous en avez alors que vous êtes à votre huitième mois de grossesse et bien sûr que vous n’êtes pas malade, cela peut être également un signe avant coureur d’accouchement.

 

Que ressentent les femmes qui ont des contractions liées au travail ?

Généralement, les contractions sont ressenties comme des spasmes, des crampes ou des douleurs de règles. La douleur peut irradier dans le dos et/ou dans les cuisses. Les contractions font plus ou moins mal en fonction des femmes et de leur résistance à la douleur.

Une fois à la maternité, la péridurale peut être demandée dès que vous ressentez trop de douleurs ! 

 

Quand se rendre à la maternité ?

Lorsqu’il s’agit de votre première enfant, il est conseillé de se rendre à la maternité qu’après environ 1h30 à 2h00 de contractions toutes les cinq minutes. S’il ne s’agit pas de votre premier enfant, il est conseillé de se rendre à la maternité après environ 1h30 à 2h00 de contractions toutes les dix minutes.

Le départ à la maternité

Pour partir à la maternité, il va vous falloir une valise dans laquelle glisser des affaires pour votre séjour mais également pour celui de votre bébé.  Dans mon article sur la valise de maternité, je vous ai concocté une check-list minimaliste mais complète de tout ce dont vous aurez besoin. 

NB : Par précaution et pour avoir l’esprit tranquille le Jour J, je vous conseille d’avoir une valise bouclée pour votre départ à la maternité au moins 3 semaines avant la date prévue de votre accouchement.

 

L’arrivée à la maternité

Une fois que vous êtes à la maternité, vous devez passer par la case administratif (enfin si vous n’êtes pas sur le point d’accoucher dans les deux minutes). L’équipe qui vous accueillera va donc dans un premier temps enregistrer votre admission et consulter votre dossier médical. A la suite de cela, la sage-femme vous posera des questions sur votre état (perte des eaux? contractions ? toutes les combien ? etc).

Consultation

Ensuite et comme au long de votre grossesse, la sage-femme vous emmènera dans une salle de consultation. Elle pratiquera un toucher vaginal afin de mesurer la dilatation du col de l’utérus et de vérifier la souplesse de votre périnée. 

Puis, la sage-femme palpera votre ventre afin de savoir où se situe bébé et dans quelle position il se présente. Par exemple, s’il est en siège, il y aura des précautions à prendre. La sage-femme devra alors s’assurer que l’équipe est composée également d’un médecin et d’un anesthésiste. 

Quelques examens

S’en suivront divers examens tels qu’une prise de sang, la prise de la tension artérielle, l’analyse de vos urines. Cela permet de s’assurer qu’il n’y a pas d’infections, que vous pouvez recevoir la péridurale ou de vérifier qu’il ne faut pas plutôt accoucher par césarienne. J’en parlerai plus précisément dans un prochain article. 

Une fois tout ces examens faits, vous serez conduit en salle de travail si votre dilatation est à plus de trois ou quatre centimètres en fonction des maternités. Un monitoring sera placé autour de votre ventre afin de surveiller que bébé va bien et supporte les contractions.

Si vous êtes à moins de trois centimètres de dilatation, on vous conseillera de marcher un peu par exemple. 

 

L’expulsion

Lorsque votre col est dilatée à dix centimètres, le bébé entame sa descente soit un parcours de sept à neuf centimètres pour naître. En fonction des femmes, cette étape de l’expulsion peut durer dix comme quarante-cinq minutes. 

La personne que vous aurez choisi pour vous accoucher (médecin ou sage-femme), sera là pour vous accompagner dans chacun de vos efforts et tout au long de cette phase d’expulsion. 

Le cas des épisiotomies 

Généralement, c’est la tête de bébé qui se présente en premier. S’il est en siège, l’expulsion sera plus délicate et demandera probablement quelques opérations obstétricales (pas toujours). Pendant la phase d’expulsion, le périnée s’étire et un risque de déchirure peut se présenter. Dans ce cas, une épisiotomie peut être pratiquée afin d’en éviter une trop complexe. 

L’épisiotomie est pratiquée dans 26,8% des accouchements par voie basse et 44,4% des premiers accouchements. 

La rencontre avec bébé

Une fois que la tête du bébé est sorti, l’équipe médical va le sortir lentement avant de le poser directement contre la maman. Il s’agit du peau à peau qui permet à l’enfant de se sécurisé. La maman produit alors de l’ocytocine, autrement appelée hormone du bonheur. Cela favorise les contractions de l’utérus et diminue les risques de trop grands saignements.

 

La délivrance

Bébé est né et voilà que quinze à vingt minutes après l’étape de l’expulsion des contractions reviennent. C’est le moment de l’expulsion du placenta. Une fois expulsée, l’équipe vérifie qu’il est entier. Si ce n’est pas le cas, il leur faudra aller chercher les morceaux manquants. En effet, s’il manque des morceaux cela peut entraîner une hémorragie interne. C’est pourquoi l’équipe médical réagit directement et part à la recherche de ces morceaux. 

 

Le rétablissement

Une fois toutes ces étapes de l’accouchement terminées, la maman peut enfin vraiment se reposer et passer du temps avec son bébé. L’équipe peut ainsi veiller sur son état de santé et s’assurer que tout se passe normalement. 

Auteure du blog hello-bebe.fr Je réponds à vos questions en 24h

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *