bébé veut faire tout seul
Développement,  Education,  Eveil,  Tous

Bébé veut faire tout seul : comment gérer ?

Les diverses étapes du développement d’un enfant sont nombreuses avant qu’il atteigne enfin l’âge adulte. Aujourd’hui, on se penche sur celle de quand “bébé veut faire tout seul” qui apparaît entre 18 mois et 2 ans et demi. Il s’agit d’acquérir peu à peu le contrôle de soi-même et plus tard de sa vie.

Quand cela commence-t-il ?

 

Lorsque bébé commence à marcher, commence le début du besoin d’autonomie. Il se rend compte qu’il peut se mouvoir et atteindre des objets ou des lieux sans les adultes. Une fois qu’il la maîtrise, il se sent prêt à lâcher la main de ses parents pour avancer seul et se sent capable de s’éloigner d’eux. L’apprentissage de l’autonomie se fait jusqu’à l’âge adulte et de manières différentes en fonction de la relation qu’entretient l’enfant avec ses parents. Il est tout à fait normal qu’un enfant soit autonome sur certains plans et totalement dépendant de ses parents sur d’autres. 

La quête d’autonomie

Il est important de noter que l’autonomie que réclame l’enfant est d’ordre psychique et non pas affective. En effet, les parents peuvent parfois avoir l’impression que le besoin d’autonomie de leur enfant s’apparente à un détachement affectif. Ce qui n’a pourtant aucun rapport. Ils en viennent donc à inconsciemment freiner l’enfant dans son apprentissage en l’empêchant de faire lui même.

Le but ? Conserver cette relation qu’ils avaient avec lui quand il était totalement dépendant. Pourtant, il s’agit simplement d’une prise de conscience de son individualité qui le pousse à vouloir faire de lui-même et surtout comme les grands. 

Pourquoi bébé veut faire tout seul ?

Faire tout seul permet à l’enfant de se séparer de ses parents ce qui est très important pour sa construction. Malgré tout, cette aventure qu’est sa quête d’autonomie peut le perturber car cela est une étape importante que de se séparer de ses parents.

C’est également à cette période d’apprentissage de l’autonomie que l’on peut constater une apparition de troubles du sommeil. L’enfant est heureux de son parcours mais aussi quelques peu préoccupé par cette “séparation”.

Un besoin de cission

Lorsque bébé naît, il est littéralement dépendant de ses parents et ce jusqu’à un certain âge. Comme expliqué au début de ce billet, c’est la marche qui lance les premières envies d’autonomie de l’enfant. Et cette volonté d’autonomie et de faire comme les grands est une étape extrêmement importante pour lui que ce soit en terme du développement de sa motricité ou du développement de sa confiance en soi. 

Confiance en soi

En effet, lorsque bébé réussit à faire par lui-même, il se sent fier et capable. Il augmente ses compétences et demande encore plus à faire tout seul. Pour un petit être à qui tout était imposé jusqu’ici, de réussir à se débrouiller est une vraie libération et source de joie.

Alors quand il veut faire seul et que vous lui dites “non c’est moi, tu es trop lent” ou tout autre phrase du genre, vous le frustrer et lui dites qu’il n’est pas capable. Ce qui peut créer un conflit et faire entrer votre enfant, qui ressent une grosse frustration, en crise de colère ou de larmes.

Quant au fait de lui faire passer le message qu’il n’est pas capable, cela peut détruire son envie d’essayer et sa confiance en ses capacités.

Proposer des compromis 

C’est pourquoi il est important de toujours bien tourner ses phrases et de lui expliquer calmement les raisons qui vous poussent à vouloir le faire à sa place. Personnellement, j’explique aux enfants qu’ils le feront la prochaine ou alors que moi je m’occupe de l’habiller et que lui il pourra fermer la porte à clé s’il veut en plus d’appuyer sur le bouton de l’ascenseur. Leur proposer un compromis évite souvent de partir en conflit et permet de passer des journées plus sereines et calmes. 

 

Lorsqu’ils sont petits, les enfants sont parfois difficiles à suivre

Pendant leur apprentissage de l’autonomie, les enfants vont souvent changer d’avis d’un jour à l’autre. Un matin il vous demandera voire vous fera toute une scène pour mettre son manteau quand le lendemain, il vous fera comprendre que c’est vous qui devez le faire car il a besoin d’aide. Cette attitude est tout à fait normal et n’est en rien une manière sournoise de vous agacer ! 

Besoin d’être rassuré

Certes, l’enfant veut apprendre à faire tout seul mais il faut prendre en compte qu’il a besoin de sentir que ses parents sont toujours là pour lui et qu’il est en sécurité. Ce n’est pas parce qu’il s’éloigne de part son besoin d’autonomie qu’il va “perdre” ses parents. De savoir qu’il peut revenir auprès d’eux pour recevoir de l’aide (qui est une forme d’affection), leur permet de repartir confiant dans leur aventure vers l’indépendance.

 

Pour favoriser son évolution, faites-lui confiance et laissez-le faire 

Une des premières choses que l’enfant réclame de faire tout seul est le fait de manger. C’est également une des choses qui effraient le plus les parents car elle est synonyme de ménage. En effet, l’enfant au début de son apprentissage s’en mettra partout sur lui, plongera délicatement (ou pas) ses mains dans la purée et la malaxera. Il en tombera tout autour de l’assiette et probablement qu’un quart de l’assiette si ce n’est plus tombera par terre.

La peur qu’il ne soit pas rassasié aux vus de tout ce qui n’ira pas dans son ventre peut également inquiéter. Pourtant, c’est une phase très importante de l’apprentissage qui permet également de favoriser sa motricité. Amener la cuillère de l’assiette à la bouche est une vraie épreuve pour bébé lorsqu’il s’essaye les premières fois. Lorsqu’il réussit, c’est un vrai sentiment de satisfaction et de fierté qui s’empare de lui ! Un vrai booster pour la confiance en soi. 

Ce que vous pouvez faire au début pour “limiter la casse”, c’est d’utiliser deux cuillères. Une pour lui et une pour vous. Ainsi, vous vous assurez qu’il ait assez manger et en plus vous continuer de lui montrer comment faire. Ses progrès seront d’autant plus rapides. 

Dans la volonté de gagner en autonomie vient aussi l’envie de tenir et/ou de boire son biberon tout seul, d’enlever ou de mettre ses vêtements, son manteau ou ses chaussures (plus vers l’âge de 2 ans / 2 ans et demi) etc.


Plus il grandira et gagnera en compétences, plus il voudra participer activement aux différentes tâches de la maison(vider le lave-vaisselle, passer l’aspirateur, mettre son linge au sale ou dans la machine, faire son lit…). Il voudra tout faire comme les grands et contrairement à la période adolescente, se fera un plaisir de vous aider à tout faire, alors profitez-en !

Si votre enfant a des grands frères et soeurs ou qu’il se rend en collectivité régulièrement, il a tout le loisir d’observer les grands et s’inspirent de tout ce qui l’entourent pour gagner en autonomie. Il veut faire comme les grands et son processus d’apprentissage ne peut qu’en être booster.  

Je me souviens qu’avec un des enfants que je gardais, mon petit A. , on avait des petits rituels d’autonomie qui s’étaient ancrés dans notre quotidien : c’est lui qui appelait l’ascenseur, qui allait chercher son vélo dans le garage, qui mettait la clé dans la serrure pour ouvrir la porte, vidait le lave-vaisselle le matin en me donnant la vaisselle pour que je la range, mettait son linge au sale après s’être déshabiller pour le bain etc.

J’avais commencé à mettre en place toutes ces habitudes dès ses 18 mois/2 ans et c’est incroyable ce qu’il se sentait bien et fier de faire toutes ces choses. Il avait fallu du temps pour que certaines compétences soient bien acquises mais il avait réussi et chaque jour voulait en faire plus : enlever ses chaussures tout seul, se laver les mains, monter sur sa chaise… C’est impressionnant de voir tout ce qu’ils sont capables de faire de leur si jeune âge et si petite taille.. Et ça rend tellement fier aussi bien lui que soi !

Le fait de laisser faire les enfants permet d’accélérer le processus d’apprentissage alors je vous invite à lui laisser faire un maximum de choses seul. Au-delà de l’aider à se développer, cela vous permettra de vivre des journées bien plus calmes. J’insiste sur ce point car vraiment, le fait de diminuer les frustrations qu’un enfant accumule au cours de sa journée, permet d’également diminuer les crises de larmes ou de colère.

 

Attention !

Le laisse faire un maximum de choses tout seul est important mais si on se penche sur la psychologie infantile et sur les répercussions que peuvent avoir certains actes sur lui, on comprend qu’il est important de veiller à ce qu’on le laisse faire. Il est nécessaire que ce soit des choses adaptées à son âge et à ses capacités car s’il n’y arrive pas, cela pourra être vécu comme un échec et impacter sa confiance en soi. Ainsi, il osera moins se lancer dans sa quête de l’autonomie puisqu’il aura l’impression de ne pas en être capable.

 

Pour finir

N’oublions jamais que les standards d’évolution ne sont que des indicateurs. Si par exemple votre enfant est plus lourd que la moyenne à son âge ou que son petit cousin qui a deux mois de moins que lui a commencé à marcher alors que lui non, sauf avis contraire d’un médecin, il ne faut pas s’alarmer ! L’évolution et le développement varient en fonction des enfants. Continuer simplement de l’accompagner, de le stimuler et faites confiance à ses capacités. “Tout vient à point à qui sait attendre” !

Auteure du blog hello-bebe.fr Je réponds à vos questions en 24h

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *