alimentation microplastique
Alimentation,  Etudes Scientifiques,  Santé,  Tous

Microplastiques et alimentation : danger ?

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un article un peu différent de d’habitude. Comme vous avez pu le lire dans le titre, nous allons parler des microplastiques et de leur potentiel dangerosité pour la santé de tous à chacun. J’en parlais déjà au niveau du biberon de bébé, mais il me tenait à coeur de faire un état des lieux de la situation car nous sommes tous concernés. En effet, les microplastiques sont omniprésents dans notre alimentation. 

 

Qu’est-ce qu’un microplastique ?

Ce sont des particules de moins de 5 mm à 5 mm issues de la dégradation des objets en plastique tels que les bouteilles d’eau, les pailles ou les cotons tiges.

 

Dans quoi les retrouve-t-on ?

Ils se retrouvent absolument partout : la nourriture, l’eau en bouteille, l’eau du robinet, les produits de la mer… Mais à part ces produits là, ni les viandes ni les aliments de consommation quotidien comme les féculents, les biscuits, les bonbons et autres n’ont été encore étudié en détails.

 

danger microplastique

 

Quels en sont les dangers ?

Il y a des dangers pour les écosystèmes, la santé des océans ainsi que pour la santé humaine.

Une étude démontre que l’accumulation des microplastiques dans le corps fragiliserait voire endommagerait les systèmes immunitaires et digestifs créant notamment un déséquilibre de la flore intestinale.

 

3 minutes pour mieux comprendre : 

 

Il n’existe pas de réglementation

Ce qui est absurde, c’est que de nombreux toxicologues “soupçonnent” ces microplastiques de nuire entre autre à la santé humaine. D’après eux, ils laisseraient probablement dans notre corps des substances toxiques voire cancérigène.

Pourtant, ils nous assènent de “pas de panique, on n’a rien prouvé, on ne sait pas ce que ces microplastiques font au corps, continuez de vous alimentez normalement”. Et puis de toutes façons, il n’existe pas de réglementation suffisamment poussée pour nous protéger des effets des microplastiques ingérés en trop grande quantité.

 

Et rebelote !

C’est comme quand ils ont voulu se faire de l’argent sur la santé publique en disant que les cigarettes étaient bonnes pour la santé. Cela a prit des années pour que les gens comprennent qu’elles étaient à l’origine des décès prématurés, de certains cancers qui n’existaient pas forcément avant etc.

 

pub cigarette bon pour la santé

 

Il serait nécessaire de mesurer quelle est la dose maximale que le corps humain peut tolérer en terme de microplastiques sans tomber malade et d’ajuster alors un taux de présence dans chaque aliment à ne pas dépasser pour préserver la santé publique. 

 

Comment réduire notre consommation de microplastiques ?

Les microplastiques, comme je le disais, sont partout. Par exemple, un kilo de poissons de la mer contiendrait environ 1480 microplastiques tandis qu’un litre d’eau minérale (en bouteille) en contiendrait 95. Mais il faut savoir que ceux-ci sont présents dans tous les aliments comme la bière, le sel, le miel ou encore le sucre. 

La pollution par le plastique est si importante sur notre planète Terre que les microplastiques seraient également présents dans l’air.

 

Les chiffres

Un adulte assimilerait donc en moyenne 110 000 microplastiques par an si l’on compte l’air inhalé tout au long de l’année. Tandis que si on ne prend pas en compte l’air, il en assimilerait environ 45 000.

À ses sommes peuvent être ajoutés pour ceux qui boivent de l’eau en bouteille en moyenne 90 000 microplastiques à l’année.

Ses chiffres sont issues d’une étude canadienne qui en résume 26 autres qui sont internationales.

Dans cette étude ne sont pas prit en compte le transfert de propriétés entre les aliments et le plastique qui les emballe, ni le fait de réchauffer ses plats dans du plastique et tout ce qui s’en suit. Si on le faisait les taux seraient encore plus alarmant. 

 

plat micro ondes

 

D’ailleurs, dans mon article sur “5 choses à savoir avant de préparer un biberon à bébé” je vous explique en quoi les biberons et le fait de les réchauffer au micro-ondes est nocif pour bébé.  Sans parler des petits pots (en plastique) de purée que l’on réchauffe également sans forcément transvaser dans un récipient en verre. 

D’un autre point de vue, si bébé est allaité, il est aussi soumis à l’ingestion de microplastiques via le lait maternel bien que cela n’est pas encore été bien “prouvé”. Ce qui est sûr, c’est que ce soit pour bébé, la future maman, la maman allaitante ou toute autre personne, il est nécessaire d’être en possession de ce type d’informations. Ensuite, libre à chacun d’adaptés sa façon de consommer ou non. 

Pour réduire l’ingestion des microplastiques, il peut être intéressant de se tourner vers une alimentation moins plastifiée, mais surtout de bannir certains aliments qui sont les plus concentrés en microplastiques.

 

Voici un top 3 des aliments les plus concentrés en microplastiques :

Sans grande surprise… Les produits de la mer ! 

 

  • Les mollusques (coquilles St-Jacques, moules, huîtres..) : jusqu’à 10,5 microplastiques par gramme
  • Les crustacés (crabes, crevettes..) : jusqu’à 8,6 microplastiques par gramme
  • Les poissons : jusqu’à 2,9 microplastiques par gramme 

 

 

Comment réduire l’impact des microplastiques sur l’environnement ?

Nous le savons tous, le tri sélectif c’est un peu pour se donner bonne conscience car au final, si l’on se penche sur la question voici les pourcentages de chaque produit réellement recyclé :

  • Aluminium : 28%
  • Autres métaux : 99% (là on est bon !)
  • Plastique : seul 3% de tout ce qui est mis sur le marché (heinnn?)
  • Papiers et cartons : 85% (pas trop mal !)

97% des plastiques mis sur le marché se retrouvent donc à errer sur Terre et dans la mer. L’idée ici serait alors de privilégier les produits non emballés dans du plastique. Ce qui n’est pas une mince à faire car nous pouvons que constater que dans tous les magasins le plastique est omniprésent.

On en parle des paquets de gâteaux emballés individuellement dans du plastique puis tous emballés dans un sachet plastique plus grand ?

 

océan pollué

 

Si chaque personne essayait de favoriser ne serait-ce que les emballages cartons nous pourrions voire rapidement une évolution au niveau de la pollution.  Les lobbys seraient obligés de ne plus rien emballer dans du plastique puisque leurs produits ne seraient plus acheter et laisser dans les rayons. 

Il existe également la possibilité d’acheter en vrac ou alors de privilégier ses propres emballages que l’on réutilise à chaque fois. 

 

Auteure du blog hello-bebe.fr Je réponds à vos questions en 24h

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *