theorie attachement
Développement,  Education,  Intelligence émotionelle,  Parents,  Tous

La théorie de l’attachement : Qu’est-ce que c’est ?

Nous avons tous entendu au moins une fois parler de la théorie de l’attachement, mais de quoi s’agit-il exactement ? 

La théorie de l’attachement promeut le fait qu’un enfant a besoin de tisser une relation d’attachement avec au moins une personne qui prend soin de lui de façon cohérente et continue afin d’avoir un développement social et émotionnel sain. 

Le bébé dépend littéralement de la figure d’attachement pour survivre (généralement père ou mère) et plus tard de la nounou ou des professionnels de la petite enfance de la crèche. La capacité de ses parents ou de ses autres figures d’attachement à répondre à ses besoins est primordial dans l’apprentissage de bébé à s’auto-réguler. 

Lorsque l’on est enfant, nous sommes en plein dans la période déterminante du développement des systèmes comportementaux permettant la formation de l’attachement. C’est pourquoi il est important de subvenir de manière constante aux besoins de bébé. Si il ne peut compter sur sa figure d’attachement que de temps à autre, cela sera par exemple compliqué pour lui une fois à l’âge adulte de donner sa confiance. Le parent ou figure d’attachement devient la base de sécurité de son enfant. En effet, il représente le support avec lequel bébé peut explorer le monde en confiance. Il sait qu’il peut se retourner vers sa figure d’attachement lorsqu’il a besoin de confort ou de soutien. 

Il faut savoir que la curiosité et l’envie d’apprendre font partie intégrante de la vie de bébé et qu’elles sont nécessaires à sa survie. Pour autant, on observera que lorsqu’il se retrouve trop loin de sa figure d’attachement, il revient vers elle naturellement.

La figure principale d’attachement est la personne qui s’est le plus régulièrement et de manière constante occupée de bébé durant les neuf premiers mois de sa vie. Il y a une sorte de hiérarchisation des figures d’attachement qu’il ne faut pas confondre avec l’amour car celle-ci est vitale et instinctive. Cela lui assure ses chances de survie. Par exemple, si l’enfant a plutôt tendance à se tourner vers sa mère plutôt que son père, ce n’est pas par manque d’amour. Sachez que chaque figure d’attachement est irremplaçable pour bébé. 

 

Pour se sentir en sécurité bébé a besoin de plusieurs choses :

  • Que sa figure d’attachement répondent à ses besoins quand il tente de les exprimer. Cela passe par le fait de le prendre dans ses bras, le nourrir, lui changer la couche etc.
  • Il a besoin de constance au niveau des personnes qui s’occupent de lui et lui apportent des soins. 
  • Que les séparations avec sa figure d’attachement soit limitée dans le temps en fonction de son âge. 

 

Pour accéder à cela, il sera nécessaire de lui apporter :

  • vos bras pour le bercer et le consoler
  • du soutien quand il se sent moins bien ou souffre
  • l’apport de solution en cas de problème
  • d’affection et de partage émotionnel

 

Pour tout cela, il est important de partager le premier trimestre de vie de bébé avec lui. Cela vous permet  d’apprendre à percevoir et interpréter correctement les signaux verbaux et non verbaux de bébé et donc d’anticiper ou en tout cas de répondre, à ses besoins correctement. 

Si la figure d’attachement intervient (rapidement) lorsque bébé exprime un besoin il transmet un message à celui-ci qui lui dit qu’il n’est pas seul, que l’on comprend ce qu’il ressent et qu’on est là pour l’aider à trouver la solution qui le fera se sentir bien. 

Aussi, dans la théorie de l’attachement, le cinéma n’existe pas. Il faut accepter que bébé ne contrôle pas encore ses émotions, ne les comprends pas et a besoin de soutien, d’affection et d’accompagnement pour apprendre à se réguler. La relation d’attachement Secure est la base de l’auto-régulation et de la gestion du stress de bébé.

Pour réussir à être émotionnellement disponible, il est important de faire preuve de compréhension envers le fonctionnement des bébés et jeunes enfants. L’intelligence émotionnelle et l’empathie dont je parle dans plusieurs de mes articles sont tout à faits en corrélation direct avec cette théorie qu’est celle de la théorie de l’attachement.

 

Il y a 4 phases d’attachement :

 

1- Entre 8 et 12 semaines

A cet âge, le bébé ne sait pas encore différencier les personnes qui l’entourent sauf au niveau olfactif et sensoriel. C’est pourquoi il ne peut avoir de préférence pour un humain en particulier. Il atteint son maximum en terme de sociabilité au bout de douze semaines étant donner que c’est à cette période qu’il commence à reconnaître les visages. Nous pouvons même observer des sourires sociaux  intentionnels.

 

2- Entre 12 et 24 semaines

A partir de douze semaines, nous pouvons observer que le bébé commence à avoir un comportement différencié en fonction de s’il se trouve avec sa ou ses figures d’attachement avec lesquelles il tisse une relation particulière.

 

3- Entre 6 et 36 mois

Cette période signe le début d’avancées significatives tant sur les plans moteurs, cognitifs que socio-émotionnel. Le fait de réussir à se déplacer par exemple, permet au bébé de mieux explorer son entourage mais aussi son environnement. Si l’enfant se sent en sécurité et bien en phase avec ses figures d’attachement, il aura plus de facilité pour explorer le monde qui l’entoure. 

Vers 9 mois, commence la période durant laquelle l’enfant ne supporte pas la séparation et cette période prend fin vers ses un an. Durant la phase de séparation avec la figure d’attachement, par exemple, quand elle part au travail, bébé peut ressentir du stress ou de la peur et peut manifester un besoin urgent de proximité avec elle car il la voit comme une solution directement tranquillisante. Les émotions que le bébé peut ressentir pendant la séparation comme la colère ou la tristesse n’interfère pas avec les prochains moments qu’il passera avec sa figure d’attachement ni avec sa capacité à retourner explorer le monde avec confiance s’il s’agit d’un attachement Secure.

Pour autant, un attachement Secure ne garantit pas le bien-être mais favorise la résistance au stress et la résilience. 

 

4- Après 36 mois

Au fur et à mesure, l’enfant se rend compte qu’il n’est pas le centre de tout et que ses figures d’attachement sont des personnes indépendantes, permanentes dans le temps et l’espace et pouvant se déplacer de manière prévisible. Il commence également à pouvoir prendre en compte le point de vue de ses figures d’attachement et se rend compte que ce qu’il fait influe sur le comportement de celles-ci. La réussite ou non à conserver une proximité avec ses figures d’attachement est en relation directe avec la capacité pour l’enfant à se décentraliser mais également avec la qualité de ses interactions (principalement au niveau du langage). 

 

3 autres types d’attachement

Il existe trois autres types d’attachement dont je parle dans l’article “Les 4 types d’attachement” qui eux peuvent se montrer moins Secure et moins stable. Cela pouvant alors engendrer chez l’enfant l’incapacité de se tourner vers sa figure d’attachement en cas de souffrance ou de besoin, une incapacité de retourner explorer le monde en confiance ou encore un manque évident de confiance envers sa figure d’attachement. 

 

 

Auteure du blog hello-bebe.fr Je réponds à vos questions en 24h

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *